Chronique d'Emmanuel



Chronique radio Fajet du 14/15 Janvier 2017


Moins deux, moins cinq ! Brou ! Comme il fait froid ! Depuis maintenant quelques semaines, le froid, qui s’annonce plus rigoureux, la semaine prochaine, avec l’arrivée de la neige, fait l’objet de toutes nos conversations. Nous devenons attentifs aux bulletins météo, à la télévision ou sur nos smartphones qui nous annoncent, un « temps gris », avec un vent glacial à ne pas mettre « le bout du nez » dehors, et des giboulées de neige, sur l’ensemble de la région du Grand Est ! Une situation climatique qui favorise, certes le bonheur des skieurs, avec l’enneigement des stations de ski des Vosges, pour ceux qui partirons en février ! Une situation climatique qui nous fait surtout, ressortir, pull over et cache col et autre manteau !
Et, partout, on s’organise pour ne laisser personne à la rue ! et l’on se met à craindre devant cette installation de l’hiver qui se prolonge, des déplacements plus difficiles avec le brouillard et le verglas, sans parler de la facture du chauffage qui, avec les hausses du prix du gaz, risque d’être,  plus salé !

Le froid ! C’est peut-être aussi cette même impression que nous pouvons ressentir, en nous, en écoutant les bulletins d’information de ce début d’année ! Le temps de la trêve des fêtes passé, on s’aperçoit encore combien notre monde grelotte, non seulement à cause du froid mais aussi et surtout en raison des actes de violence qui continue, au mépris de la vie humaine ; de la crainte et de l’insécurité, au quatre coin de la planète !  Ici, ce sont encore des scènes de violences avec la guerre de libération de Mossoul, en Syrie, faisant nombre de victimes innocentes et des déplacés en grand nombre. Là, ce sont des scènes de guerre civile, en Afrique, ou des violences insupportables avec des enlèvements de jeunes filles au Cameroun, avec Boko Haram… Notre monde n’est décidément pas près de marcher « à l’endroit », avec ces conflits qui perdurent, au Moyen Orient ou en Asie, dans notre monde, souvent au nom d’intérêts partisans. Et jusque chez nous, en Europe, où l’on reste encore impressionné par trop de bouffées de violence ou même, des actes d’incivilité ou de cambriolages dans nos quartiers.

À la réflexion, cette situation, pour le moins contrastée de notre monde, peut avoir quelques avantages : celle de nous faire comprendre, qu’à notre niveau bien sûr, nous portons tous  finalement, une part de responsabilité « du climat » de notre vie sociale ! Quoi qu’il en soit de la dureté des temps, nous sommes tous dans l’obligation de tenir nos engagements. Et nous ouvrir encore aux autres, car c’est ensemble que nous pouvons répondre aux défis auxquels nous sommes confrontés : la défense de la vie humaine qui est sacrée en toutes circonstances, -  le respect des biens et des personnes, surtout les plus vulnérables. Si nous acceptons de vivre notre quotidien dans cet esprit de confiance mutuelle et de partage, notre « vivre ensemble » pourra  alors, devenir plus chaleureux !
C’est ce message de paix que vient encore de confier, à tous les hommes de bonne volonté, le pape François, dans son message du 1er Janvier dans lequel il invite à vivre ensemble en développant  la non violence !  
En cette période des vœux, c’est peut-être ce message de bonheur que nous pouvons échanger entre nous : vœux de vivre ensemble, en cherchant la rencontre et l’échange fraternel avec ceux que nous côtoyons ; vœux de poser des gestes de communion et de vrais partage avec les autres !  Si il en est ainsi, alors, il y a vraiment de l’espérance dans l’air, ne trouvez-vous pas ?
Emmanuel Leroux

 

 


 

(13/01/2017 - 09h49'19 - chroniq)
| More