accueil > revue de presse

Revue de presse

L'EST REPUBLICAIN
4 mars 1997

Au "49", la magie de la radio

Plus connu sous le nom de Radio Fajet, ce lieu d'accueil réunit les jeunes autour d'un thème original, la radio.

Curieusement, le "49" est situé au 47 de la rue Charles III. "Ici, c'est un lieu de rencontre sans étiquette. Il peut y avoir des gens qui passent l'après-midi en bas, à regarder ce qui se passe dans le studio grâce à un téléviseur. C'est un lieu convivial où il y a toujours quelqu'un pour discuter ou boire un café" explique Marie-Claude Vivier, présidente de l'association.

"C'est une maison d'accueil pour tout le monde, ce n'est pas un lieu de paumés, même si l'on a un regard plus attentif sur ceux qui ont des problèmes." Il y a un distributeur de boissons et des personnes qui passent pour parler, voir du monde, ou participer à la radio. "On n'est pas un service social, ici, on ne remplit pas de dossier, il n'y a pas de rendez-vous à prendre pour nous rencontrer. On est juste un lieu d'écoute où l'on reconnait ceux qui y viennent. On est disponible et l'on ne demande rien."

Insertion

Un mercredi soir par mois, un couple de bénévole réunit "tous ceux qui ont envie de rencontrer autour d'un repas" précise Ghislain Pierrot, le responsable des programmes de la radio. "¨Pour grandir, les jeunes ont besoin de rencontrer des adultes" explique Marie-Claude Vicier.

C'est pourquoi dans les locaux du 49, toutes les générations se côtoient et travaillent ensemble autour de la radio.


Une partie de l'équipe en réunion.

L'association a pour but d'accompagner les jeunes prioritairement dans un esprit d'insertion professionnelle. La radio est un outil original pour accomplir cet objectif. "La radio, c'est magique", souligne Ghislain Pierrot.

"On accueille des jeunes qui veulent faire de la radio, qui proposent un projet autour duquel ils créent leur émission : nous avons 44 émissions et 70 jeunes qui y travaillent."

En plus de ces jeunes, l'association emploie 5 CES (Contrat Emploi Solidarité= qui apprennent les techniques. "Les CES font partie de l'équipe. Sans eux, la radio ne pourrait pas fonctionner" souligne Ghislain Pierrot.

Et même s'ils ont peu de chance de pouvoir poursuivre dans le milieu de la radio, "ils auront appris certaines obligations sociales", explique Marie-Claude Vivier/

L'association leur permet d'avoir un certain soutien scolaire puisque chaque CES est suivi par un bénévole. "L'important, c'est qu'ils font partie intégrante d'une équipe. S'ils sont défaillants à un moment, c'est l'équipe qui en pâtit., souligne Stéphane Kaltcheff, un bénévole qui "dirige" l'émission "Charlie And Co" tous les vendredis.

La radio, quoiqu'associative, fonctionne de façon très professionnelle. "On est incapable de savoir combien d'auditeurs on touche. Pour nous, l'important, c'est de donner l'occasion à des jeunes de se révéler à eux-mêmes".