accueil > revue de presse

Revue de presse

LE MONDE
27 décembre 1994


RADIO-FAJET A NANCY

L'intégration par les ondes

A Nancy, une poignée d' « ouvriers chrétiens » utilisent la radio pour aider les gens et leur donner envie de se battre.

C'est parfois avec des idées un peu folles que l'on peut aider les jeunes à s'épanouir, comme de leur répéter : « T'es pas nul. Etre adulte, c'est pas cloche ! » C'est en leur parlant ainsi que Radio-Fajet s'est construite et s'est fait connaître dans la banlieue nancéienne. En 1984, les aumôniers des lycées professionnels et techniques alentour ont pris leur bâton de pèlerin et se sont penchés sur cet outil médiatique « chaud » qu'ils voulaient explorer.

Bien avant les grands prêches contre l'exclusion, ils ont fondé cette « maison », créé un lieu de rencontre simple. Pas de complaisance : les émissions diffusées refusent de raconter les galères et de se confondre en écoutes compatissantes. « La vie est dure, soit... Prenons-la à bras-le-corps, soyons-en les acteurs directs », recommande Radio-Fajet.

Aujourd'hui, Marie-Claude Vivier, la responsable, concède que la tranche, d'âge de ceux qui ont écouté et qui sont venus témoigner les premiers s'est élargie, que désormais la « maison » accueille également quelques jeunes gens d'une trentaine d'années. Les lycéens-homards d'il y a dix ans n'ont pas tous changé de carapace, leurs problèmes ont changé, voilà tout.

A quelque 300 mètres de la radio, une autre « maison » : la maison d'arrêt de Nancy. Pour ne pas rompre le fil, Radio-Fajet transmet tous les dimanches des « Paroles d'outre murs ». Les messages téléphonés ou écrits, la musique dédicacée par les parents ou les proches des détenus, prolongent le rôle social de la station. « Nous ne faisons pas de la radio pour faire de la radio. Nous voulons aller au-delà. Mais, quand nous aurons le sentiment que nous ne servons plus à personne, alors la radio pourra cesser d'exister », explique Marie-Claude Vivier.

Dogmatique ? Démagogique ? Les responsables s'en défendent. Leur projet n'est ni racoleur ni commercial. Presque gênés, ils rappellent que leur action n'est financée, pour la plus grande part, que par le Fonds de soutien radiophonique (FSR) et par le conseil général dans le cadre de l'aide sociale à l'enfance (ASIS). Et, évoquant leur filiation, ils deviennent plus graves : « Nous sommes chrétiens mais, il faut bien le dire, un peu marginalisés par les autres radios catholiques. » Les « ouvriers chrétiens » continuent leur chemin sur les ondes du dialogue. Quelque part, près de Nancy et de sa maison d'arrêt...

Jean-Stéphane Migot

Radio-Fajet (FM Nancy : 94.2).
Tél. : 03-83-32-74-78.